Veille données et statistiques
Dernière mise à jour : le 16/09/2019 à 13:14

Observatoire permanent des catastrophes naturelles et des risques naturels

Partager via...

Les catastrophes naturelles ont fait plus de dégâts au premier semestre que l’an passé, et sont en partie liées au réchauffement climatique, selon un bilan publié mardi par le réassureur allemand Munich Re.

De janvier à juin, les dommages matériels ont globalement représenté un montant de 42 milliards $US pour 370 catastrophes naturelles dans le monde. C’est plus que les 33 milliards comptabilisés l’an passé, mais bien moins que les 69 milliards de dollars de pertes moyennes sur les 30 dernières années.

Aperçu des chiffres relatifs aux catastrophes naturelles pour le premier semestre de 2019

Au total, 370 événements liés à des pertes ont généré des pertes globales de 42 milliards USD, ce qui, après ajustement pour tenir compte de l'inflation, est inférieur à la moyenne sur 30 ans de 69 milliards USD. Cependant, les pertes causées par les graves inondations dans le sud-est de la Chine, qui ont commencé en juin et qui auraient causé des milliards de dollars de dégâts, ne sont pas comprises dans ce chiffre.

Les pertes assurées se sont élevées à 15 milliards USD, ce qui est inférieur à la moyenne à long terme de 18 milliards USD. Dans de nombreux cas, la partie assurée de la perte économique globale était extrêmement faible en raison de la faible pénétration de l’assurance dans nombre des pays touchés.

Environ 4 200 personnes ont perdu la vie lors de catastrophes naturelles. Ce chiffre est similaire à celui de l'année précédente (environ 4 300). Mais au moins, la tendance à la diminution du nombre de victimes s'est poursuivie, grâce à des mesures de protection plus efficaces: la moyenne sur 30 ans pour le même semestre est supérieure à 27 000 morts.

Le désastre le plus meurtrier dans le monde jusqu'à la fin juin a été le cyclone Idai, qui a balayé le Mozambique, le Malawi, le Zimbabwe et l'Afrique du Sud du 9 au 14 mars. Plus de 1000 personnes ont été tuées.

En mai, les orages accompagnés de tornades dans le Midwest américain ont entraîné les pertes les plus lourdes, à 3,3 milliards de dollars américains. La part assurée atteignait environ 2,5 milliards de dollars américains.

Pertes en milliards de dollars dans les pays les plus pauvres - Des partenariats sont nécessaires

Une caractéristique frappante des statistiques sur les pertes pour le premier semestre de 2019 est la forte proportion de pertes affectant les pays les plus pauvres. Trois des cinq catastrophes les plus coûteuses ont touché des pays émergents et en développement. Parmi celles-ci figuraient une inondation en Iran (pertes globales de 2,5 milliards USD) et les tempêtes et inondations causées par le cyclone Fani en Inde et au Bangladesh en mai (2,2 milliards USD).

Le Mozambique, l'un des pays les plus pauvres du monde, a été particulièrement touché. En mars, le cyclone Idai a touché terre près du port de Beira (500 000 habitants). Avec des vents d’une vitesse d’environ 170 km / h, la tempête a détruit un grand nombre de maisons et d’édifices, dont la plupart étaient des structures assez simples. De plus, en plus des fortes précipitations, la vague de crue de la tempête a provoqué des inondations sur le terrain côtier plat qui s’étendait très loin à l’intérieur des terres. Les pertes globales au Mozambique et dans les pays voisins se sont chiffrées à environ 2 milliards de dollars américains. La perte au Mozambique équivaut à environ un dixième du PIB du pays - un fardeau énorme. À titre de comparaison, le séisme de Tohoku au Japon en 2011 a entraîné des pertes directes de 210 milliards USD, soit environ 3,4% du PIB du Japon. Quelques semaines plus tard, Le Mozambique a de nouveau été frappé par un autre cyclone, le cyclone Kenneth, qui a touché plus de terres au nord dans une zone moins peuplée. Les pertes ont totalisé environ 230 millions de dollars américains.

Ernst Rauch, responsable du secteur climat et géoscientifique à Munich Re, a déclaré: «Dans les Caraïbes, par exemple, des solutions d’assurance en coopération avec les gouvernements et les banques de développement ont été en mesure de fournir une assistance financière avant que les programmes d’aide internationale puissent démarrer. Une solution similaire aurait également un sens pour le Mozambique. Mais il est également essentiel de prendre des mesures préventives plus efficaces dans les pays industrialisés. Nous travaillons systématiquement à l'amélioration de nos outils d'analyse afin que nous puissions évaluer les risques plus précisément et ensuite développer de nouvelles solutions nous permettant d'assumer les risques. »

De nombreux orages violents aux Etats-Unis

Aux États-Unis, une série d'orages violents au printemps a provoqué de lourdes pertes. La saison des tornades a été considérablement plus active que d’habitude, particulièrement en mai: selon la NOAA, le service météorologique américain, plus de 1 200 tornades avaient été dénombrées à la fin du mois de juin. C'est environ un cinquième de plus que la moyenne de 2005-2015 pour le même semestre. Malgré une saison des tornades très active, les pertes consécutives à une série de violentes tempêtes convectives au cours des six premiers mois de 2019 se sont chiffrées à près de 7,5 milliards USD, bien en deçà de la moyenne de 10 milliards USD enregistrée au cours de la dernière décennie.


Canicule et fortes tempêtes de grêle en Europe

Une combinaison de températures élevées, d'une vague de chaleur intense au cours des dix derniers jours du mois et de violents orages accompagnés de violents orages de grêle a entraîné de lourdes pertes en Europe en juin. En plus d'être très sec, le mois de juin a été le plus chaud d'Allemagne depuis le début de la tenue des registres. La sécheresse laisse présager de mauvaises récoltes dans certaines parties du secteur agricole européen, car la croissance de certains types de céréales, de même que celle de la pomme de terre et du maïs dans certaines régions, a été limitée.

En plus de la chaleur, il y avait de violents orages et des tempêtes de grêle, par exemple le lundi de Pentecôte (10 juin) en Allemagne et dans les pays voisins. La région de Munich est particulièrement touchée, avec des grêlons atteignant 6 centimètres de diamètre. Selon l'Association des assureurs allemands (GDV), plus de 100 000 demandes d'indemnisation ont été déposées pour dommages à des véhicules et à des bâtiments. La perte globale pour l’ensemble de l’Europe s’élève à plus de 900 millions d’euros, dont plus de 75% sont assurés en raison de la forte densité d’assurance contre la grêle. Presque toutes ces pertes ont été subies en Allemagne.

Début juillet, il y a eu de nouvelles tempêtes de grêle importantes sur la côte adriatique en Italie et en Grèce, avec des grêlons aussi gros que des oranges. Des estimations fiables des pertes ne sont pas encore disponibles.

Ernst Rauch a commenté comme suit: «Un certain nombre d'études scientifiques indiquent que les vagues de chaleur augmentent en raison du changement climatique et des tempêtes de grêle, selon les études les plus récentes. Compte tenu des pertes potentielles et de l’augmentation des actifs exposés, il est très important que les assureurs soient informés de ces changements. En tout état de cause, les mesures visant à réduire la vulnérabilité aux pertes ont du sens, car nous devons supposer que cette tendance se poursuivra au cours des prochaines années et des prochaines décennies. "

Asie / Pacifique: inondations en Australie

La région Asie / Pacifique a été touchée par de nombreuses catastrophes naturelles au cours des six premiers mois de l’année. Les pertes globales se sont élevées à 16 milliards USD, soit la moitié de la moyenne à long terme (33 milliards USD). La catastrophe la plus coûteuse pour les assureurs a été de graves inondations dans le Queensland, dans le nord-est de l’Australie, qui ont entraîné des pertes globales de près de 2 milliards USD, dont un peu moins de 1 milliard USD était assuré. Dans la région près de Townsville, un grand nombre de bâtiments ont été inondés à la suite de fortes pluies à la fin d'une période particulièrement chaude. La rivière Flinders, plus à l'ouest, déborde et s'étend sur une largeur de plus de 60 km. Des centaines de milliers de bovins ont péri, une perte lourde pour le secteur agricole.

Grâce à nos outils et solutions de veille par email ou flux RSS, définissez vos critères et obtenez votre revue de presse permanente personnalisée

----------------------------- 

Catnatmaps

Découvrez CATNAT Mapsnotre système d'information géographique en ligne dédié aux risques naturels en France et dans le Monde

Statistiques base BD CATNAT

Nombre d’événements recensés depuis 2001 (vu au 15/09/2019)
  • En France / DOM : 1.803
  • A l’étranger : 15.066
Nombre de victimes recensées depuis 2001 (vu au 15/09/2019)
  • En France / DOM : 28.831
  • A l’étranger : 1.305.989
Coût depuis 2001 en millions de $ (vu au 15/09/2019)
  • En France / DOM : 37.090
  • A l’étranger : 2.936.331
Accès à la BD CATNAT
Statistiques en temps réel

Newsletter CATNAT Info

Recevez GRATUITEMENT tous les samedis les articles publiés durant la semaine écoulée grâce à notre lettre d'information "CATNAT Info"

Alerte & vigilance en cours